Chères « fanaka malemy »

Dans ces deux mots pèsent de tout son poids le fardeau découlant de plusieurs générations d’une société malgache partiarcale, dans ces deux mots qui se veulent être anodins repose l’enfer de nos 7 millions de compatriotes victimes de violence (physique, psychologique et affective et/ou sexuelle). Et, de ces deux mots, celui sur lequel se déferle toute mon indignation de descendante d’Eve n’est pas le qualificatif de « malemy » : c’est celui de « fanaka ».  Dans un pays comme le nôtre où on clame très fièrement que l’excision n’existe pas, les femmes sont encore assimilées à de vulgaires meubles. Nous sommes les descendantes...

Read More