J’y étais. Et j’ai apprécié. Le temps d’un après-midi, c’est quelques épisodes (plutôt précis) de mon adolescence qui me sont revenus en mémoire (Andry Patrick Rakotondrazaka, si tu me lis, merci de te dire que c’est une bonne occasion de te taire). Sérieux, bien que j’avais loin d’avoir mes 18 ans à l’époque, il faut avouer que les chansons des Poetic Lover que j’avais sur une bonne vieille cassette (oui, pirate, j’avoue) ont facilité mes approches auprès de celle qui deviendra ma copine (de l’époque).  Ca avait plutôt bien fonctionné, enfin je crois, bien que l’histoire éphémère aura pris fin sur le tube « Qu’il en soit ainsi ». J’en rigole aujourd’hui, ah l’adolescence!

Du coup lorsque je regardais autour de moi pendant le concert, je me suis vite rendu compte que c’est (à quelques détails près) cette génération d’adolescents là qui a investit le théâtre de verdure d’Antsahamanitra ce samedi 19 mai. C’est aujourd’hui, la trentaine bien dépassée, que les adolescents de la fin des années 90 se sont amusés au rythme des tubes des Poetic Lover chantés en live.

Ce petit retour en adolescence (qui nous rappelle aussi qu’au fond on a pris de l’âge) on le doit à Kanto & Kintana Productions qui a fait venir le groupe sur scène à Madagascar, après plus de 20 ans de pause musicale. On oublie pas de citer Mr Sayda et Marion, qui ont fait la première partie du concert.

Voilà, en gros, j’ai apprécié. Surtout que je n’étais pas seul, puisque accompagné de trois des mes frères de la Team Rianasoa. On s’est bien amusé, je l’avoue. Leurs photos sont à venir sur le site de notre collectif www.rianasoa.com. N’oubliez pas d’y faire un saut 😉

Aller, je vous laisse. Il se fait tard, et j’ai promis à ma Darling de le faire ce soir (de dormir tôt).